Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 20:41

 

La photo du jour

 

Norbert Boisdelest dans un remake de "Sur la route de Madison"...

 

Nous quittons à regret Philadelphie et ses cerisiers en fleurs pour une petite incursion dans le Comté de Lancaster, c'est-à-dire le pays Amish.

Pour cela nous louons une voiture que nous récupérons sous une pluie battante (normal puisque nous quittons la ville...) et qui nous conduira demain jusqu'à Washington.

 

Alors pour vous décrire la région, c'est simple : du vert, du vert, du vert... et de temps à autres des fermes qui ressemblent aux jouets que nous avions quand nous étions petits : blanches et rouges ! Bon, ok, la pluie gâche un peu les couleurs... mais vous savez maintenant qu'avec nous, le mauvais temps ne dure jamais longtemps !

 

Premier arrêt -incontournable pour les touristes amateurs des attractions style Disneyland- à Kettle's Kitchen dans la ville d'Intercourse (ce qui signifie quand même "relation sexuelle"...)

 

 

 

où nous nous sommes arrêtés pour prendre notre repas de midi (c'est pas la foule...)

 

...et écumer quelques magasins de produits locaux.

 

De quoi faire rêver les petites fllles du monde entier...

 

et de quoi faire rêver, ben... moi !

 

Et là encore plus !

 

Bien sûr, quand on ressort de la cafétéria, il fait soleil ! (on avait prévenu la serveuse que, puisqu'on était là, la pluie ne durerait pas... elle était sceptique au début du repas, mais elle a bien dû se rendre à l'évidence !)

 

Nous voilà donc au pays des Amish, communauté devenue célèbre dans le monde entier à la sortie du film "Witness" qui retrace plutôt fidèlement les austères conditions de vie de cette population originaire de l'Alsace (la religion Amish, issue du courant Anabaptiste, est née à la fin du 17e siècle à Ste-Marie-Aux-Mines, à 70km de Strasbourg) et spécialisée dans le travail de la terre...

 

Et c'est pourquoi, nous ne tardons pas à rejoindre la ville de Strasburg !

 

Où l'on vend partout des Pretzels et des tartes (salées ou sucrées) bien riches...

 

La preuve avec un zoom !

 

Comme on a quitté la Nationale pour emprunter des petites routes, on tombe vite en amour de la région, grâce à la gentillesse de ses habitants (qui sortent me faire un petit bonjour de la main lorsqu'ils me voient prendre une photo de leur métairie), la beauté des maisons et des fermes, les champs doucement vallonnés recouverts d'herbe aussi grasse que les spécialités culinaires...

 

C'est vrai que les maisons sont adorables, en brique, avec des vérandas

 

ou avec statuettes de bronze

 

en pierrre (cette maison date de 1786)

 

ou en bois peint, comme on aime...

 

tout plein de ohlala, quoi !

 

Même les boîtes-aux-lettres s'y mettent !

 

Et lorsqu'on croise les buggies, ces petites carioles fermées aux roues de fer sans pneus, on a soudain l'impression d'être passés au travers d'un vortex temporel...

 

Les chevaux sont magnifiques, élancés et musclés...

 

C'est plutôt agréable d'ailleurs car on a une sensation de calme et de sérénité dans cette région où l'alcool et la violence sont bannis.

 

Evidemment, en tant que touristes, on a des difficultés à appréhender la rudesse de la vie inhérente aux travaux des champs sans tracteur, aux déplacements sans voitures et au lavage des vêtements sans machine...

 

...et si les chevaux sont indispensables pour accompagner les deux premiers labeurs, je ne suis pas sûre qu'ils soient utilisés pour le troisième !

 

Ici, je vous laisse découvrir la particularité des vélos utilisés par les Amish...

Ben oui, les pédales, c'est trop "convenient" comme me dira le guide américain que nous rencontrerons ce soir... rien ne doit simplifier la vie !

 

Et voilà ce que ça donne ! (désolée, certaines photos ne sont pas bien nettes car elles sont tirées en roulant...)

 

Nous nous perdons un peu plus encore sur les petites routes car nous avons décidé de partir à la recherche des ponts couverts qui sont nombreux dans la région. Aucun panneau indicateur, il m'a fallu trouver les infos et les coordonnées sur le net... alors c'est avec plein de papiers sur les genoux que je traduis les itinéraires à mon chauffeur, tout en prenant des photos et me battant avec le GPS qui se déconnecte toutes les 5 minutes... (10$ par jour et ça ne fonctionne pas !)

 

...mais bon, déjà, si on repère les cours d'eau, c'est qu'on est sur la bonne voie !

 

Et voici notre premier pont, le Willows Covered Bridge qui date de 1855 mais comme il résulte de la réunion de 2 autres ponts, certaines parties sont faites de bois vieux de 300 ans !

 

Le deuxième pont est magnifié par son environnement...

 

 Il est beaucoup plus long et en très mauvais état, écroulé par endroit et tout de guingois...

 

...et en plus, ils ont installé un banc pour qu'on puisse bien profiter de l'état de délabrement...

 

D'ailleurs un panneau à l'entrée nous met en garde...

 

.. et comme on est bien disciplinés... En même temps, zavaient qu'à pas nous mettre des trucs dedans pour nous attirer, non mais ! (amis de l'insolite, bonjour !)

 

Voici le travail de soutènement que Norbert admire...

 

Cela dit, on était obligés d'entrer...

 

Comme je le disais plus haut, les alentours sont très sympas... on se croirait vraiment dans le film Witness !

 

Voici le Herr's Mill (1788), le moulin qui donne son nom au pont couvert

 

Quelle que soit la direction où on regarde, c'est beau !

 

Et voici en avant-première, tout spécialement pour vous, un animal rarement observé : l'écureuil amish, qui n'a droit ni aux bijoux, ni au maquillage, ni aux fermetures éclairs...

 

Oh mais quel est ce bruit de sabots sur la route pendant ma photo ?

 

Ah ben oui...

 

Nous continuons en direction de la ville de Lancaster et plus on s'en approche, plus les fermes sont énormes...

 

et le rouge domine !

 

J'ai un faible pour celle-ci...

 

On adore tous ces vêtements qui pendent sur d'immenses cordes à linge dans les cours : pas d'imprimés, seuls les tissus unis sont autorisés...

 

et bien sûr, collants noirs de rigueur !

 

Nous arrivons à Lancaster où nous continuons à voir rouge...

 

La ville est très belle, les maisons sont toutes très colorées

 

avec vérandas, colonnades, mansardes, lucarnes...

 

Lancaster a été la capitale des USA pendant 1 journée en septembre 1977 !

 

On a un peu l'impression que les gens ne vivent pas tout à fait dans la misère ici...

 

Y'a qu'à voir l'Auberge de Jeunesse !

 

En plus, ils nous ont fleuri tous les cerisiers !

 

Cette charmante attention nous fait très plaisir...

 

On ne s'arrête pas pour visiter car on a un rendez-vous à Bird-In-Hand à 17h (si, si, c'est le vrai nom...) pour une excursion.

 

Le Lancaster Arts Hotel ne paye pas de mine mais c'est un "Historic landmark"

 

A l'intérieur, c'est le mélange des genres

 

avec des tableaux en vente à tous les étages.

 

J'ai bien pensé qu'il était possible d'emporter ce vase en plastique souple mais je n'ai pas osé...

 

Nous repartons vite pour notre Tour VIP : nous avons réservé 3h avec visite d'une ferme et rencontre de familles amish... C'est au sein d'un petit groupe de 8 personnes que nous partons donc à la découverte de la vie de cette communauté : en plus de nous deux, il y a un couple de Virginie, un d'une ville proche du Comté de Lancaster et un autre du Maine.

Vont débuter 3h de grande solitude pour Norbert : toute l'excursion se fait bien sûr en anglais ! Le guide nous demande de ne pas prendre de portrait des gens, seulement des photos des "activités", mais comme les autres touristes du groupe ne prendront aucune photo, nous n'allons pas oser multiplier les clichés... donc on continue à le faire discrètement, sans réglage et à l'improviste...

 

Traduction : en mode flou ou surexposé ! (voire les deux !)

 

Voici la ferme que nous allons visiter.

 

Les Amish sont avant tout des éleveurs et des fermiers car la "Church" (comme ils disent) ne les autorise pas à explorer d'autres professions, à part celles qui sont en lien avec l'agriculture ou leur vie de tous les jours (cad les métiers de l'artisanat comme charpentiers, menuisiers, soudeurs... ou le commerce des produits de leur labeur.) Les femmes n'ont pas le droit de travailler sauf pour vendre les produits de la ferme.

 

Nous avons fait connaissance avec les vaches "OREO" comme disent les gens du coin, avec une pointe de moquerie...

 

 

Voici de près les fameux vélos trottinettes pas trop "convenient" : rien ne doit faciliter leur vie pour ne pas trop les éloigner de la nature et donc de Dieu... En fait, face au progrès technologique, la communauté Amish est souvent dans le compromis... (par exemple, s'ils n'ont pas le droit de conduire, ils peuvent voyager en train... mais pas en avion !)

Plus d'infos sur la vie des Amish sur ce lien

 

Ici, on voit bien comment fonctionnent les liens familiaux : les enfants travaillant forcément à la propriété familiale, ils habitent sur place... au fur et à mesure des naissances, il faut donc agrandir ou construire une nouvelle maison : ce mode de vie pose le problème du rétrécissement des parcelles au fur et à mesure que la famille s'agrandit... et comme vous le verrez plus loin, en général, elle s'agrandit considérablement, la famille ! Bref, on assiste maintenant à un exode de la communauté Amish qui commence à coloniser d'autres Etats, notamment l'Indiania, le Montana mais aussi l'Amérique du Sud... là où il y a de bonnes terres !

 

Bref, ça fait quand même de belles propriétés !

 

Notre deuxième visite est pour la famille de Crist et Naomi...

 

...qui commencent un tout nouveau travail artisanal de confection de galettes de maïs soufflé (qui sortent de la machine à la vitesse de l'éclair...) Comme ils n'ont pas encore les moyens de se payer un générateur au gaz ou au kérosène, la Church les a autorisés à utiliser l'électricité provisoirement... mais la question étonnée du guide met la pauvre Naomi dans un grand embarras, elle devient toute rouge et s'excuse presque auprès de nous de ce manquement aux lois de l'Eglise !

 

Voilà l'arbre généalogique de leurs deux familles... celle de Naomi a été raisonnable !

 

Nous visitons la grange, les écuries et la salle dédiée à l'office religieux (sur la photo de leur maison, c'est la grande fenêtre blanche en haut à droite) que chaque famille se doit de construire car la messe du dimanche (dite en vieil allemand) se fait à tour de rôle chez les membres d'un groupe local de 30 à 40 familles.. et les enfants sont obligés d'y participer, dès leur naissance ! Ensuite, c'est repas offert pour toute la congrégation...

 

L'intérieur de la maison n'a rien de particulier si ce n'est les lustres avec des mèche, pas de télé mais un frigo... autorisé à condition qu'il ne fonctionne pas à l'électricité (ici, en l'occurrence, j'ai bien peur qu'il y ait sacrilège...)

 

Pour finir, nous allons passer près de 2h à discuter avec un couple d'un certain âge dans leur cuisine pour essayer de mieux appréhender les conditions de vie de cette communauté fondementaliste.

Leurs enfants et petits enfants vivent bien sûr dans la maison à côté...

 

et ils ne contournent pas la  Loi de Dieu, eux !

 

Voilà quelques infos apprises au cours de la discussion (enfin, sur le coup, apprises par moi... Norbert n'a pas pipé un mot ! Heureusement il s'était renseigné avant...)

-Ils doivent rester modestes, dans leur comportement ou leur tenue vestimentaire : pas de bouton, de fermeture éclair (remplacés par des lanières, agrafes ou bretelles), de dentelle, de tissu imprimé, de bijoux, de maquillage... et robe obligatoire pour les femmes (il paraît que c'est l'ancien testament qui le dit...) Ca en fait des économies ! Chapeau pour les hommes, bonnet pour les femmes, les cheveux doivent rester couverts.

 

-L'entraide et les relations familiales sont primordiales : tout progrès technologique qui enlèverait du temps aux relations directes entre les gens est banni (télé, radio, ordinateur, téléphone... en fait, pour le téléphone, il en est autorisé 1 par congrégation pour les besoins de la vie professionnelle, mais il doit être dans une cabane au fond du jardin et non dans la maison !)

 

 

-Les enfants sont élevés dans la Foi mais ne sont pas obligés de respecter les préceptes avant leur majorité : c'est donc à 21 ans qu'ils décident s'ils veulent ou non rester dans la communauté. Ils sont plus de 80% à décider de rester...(faut dire que, dans le cas contraire, ils doivent quitter leur famille pour toujours... ça doit influencer un petit peu !)

-Les jeunes gens doivent se marier avec quelqu'un de la communauté Amish... mariages mixtes interdits !

 

- l'école est dirigée par des Amish : l'enseignement est en anglais mais les enfants la quittent à 14 ans pour retourner sur les terres avec leur famille. Toute tentative de l'Etat américain pour amener les jeunes Amish à fréquenter l'Université s'est soldée par un échec...

-Les Amish sont donc tri-lingues : l'allemand pennsylvanien (un dialecte proche de l'alsacien, encore parlé en Lorraine), l'anglais et le haut-allemand (réservé à la messe)

 

 

-pas de voiture, ils ne peuvent conduire que les buggies aux roues cerclées de métal (pneux interdits !) Le patriarche de cette famille a d'ailleurs été passionné par le nombre de "miles" que nous avions effectués au cours de nos voyages !

 

- le cheval marron est le meilleur ami de l'Amish (ben oui, on n'en a pas vu d'une autre couleur !)

 

- leur vie en autarcie et la qualité des produits de leur labeur les met à l'écart des problèmes économiques mondiaux : quand j'ai posé la question, ils ne semblaient même pas savoir que le monde avait souffert d'une crise ! Et les américains reconnaissent volontiers que leur rendement agricole, sans tracteur ou engin motorisé, est le meilleur de tous les USA !

 

 

 

Nous rentrons à l'hôtel pour apprendre (oui, parce que nous, on a la télé...) que c'est peut-être notre dernière nuit ici-bas : une tornade (en rouge) s'est formée à quelques kilomètres de Lancaster ! Sglurp !

 

Cela dit, on ne  comprend pas bien les raisons de cette catastrophe : Martine n'est pas avec nous !

 

 

Tour guidé pays amish à Bird-In-Hand : http://www.amishexperience.com

Cliquer ici pour un Pdf en anglais sur le "driving tour" des ponts couverts

 

Et ci-dessous un extrait de mon road book avec les cartes et coordonnées GPS des ponts couverts (remarque : torticolis assuré pour le Pdf !)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Carnets de Voyages aux USA et au Canada
  • Carnets de Voyages aux USA et au Canada
  • : 10 périples en Amérique du Nord, des infos, des conseils, des liens pour aider d'autres routards à préparer leur propre voyage
  • Contact

Mon autre blog

Sabyplanete
(Lyon, Corse, Bretagne, Châteaux de la Loire, Jordanie, Kenya, Mexique et Pérou)